Le Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation En visite à eRcane

Une large part du programme a été consacrée aux enjeux de la filière canne-sucre, avec une  première séquence dans les champs dès son arrivée : "Je suis venu ici pour encourager les producteurs à bien travailler, à bien valoriser la canne et à faire en sorte que cette belle activité continue à irriguer le territoire » a-t-il dit.

La délégation a été ensuite accueillie par Philippe Labro, Président de Tereos  Sucre Océan Indien, à eRcane, pour une présentation des grands enjeux et des perspectives de l’industrie sucrière réunionnaise, des grands axes de recherche et des projets phares.

 « Chaque épreuve traversée nous renforce. La filière canne-sucre est aujourd’hui plus forte qu’il y a 10 ans ou 20 ans. Mais, il ne faut pas baisser la garde », a rappelé Philippe Labro.

Nous devons impérativement :

-          protéger le foncier cannier : chaque parcelle perdue, friche ou construction, affaiblit la filière tout entière ;

-          renforcer la compétitivité des exploitations agricoles, pour augmenter le revenu des planteurs ; cela passe bien sûr par les nouvelles variétés, mais aussi par l’amélioration des itinéraires techniques, et par l’expérimentation de nouvelles méthodes de travail plus scientifiques ;

-          continuer à  améliorer les performances de nos sucreries et rester une référence mondiale, en terme de productivité, d’innovations techniques, d’économies d'énergie, de fiabilité, de qualité, et de respect de l’environnement. »

La délégation a ensuite visité le centre de recherche eRcane, outil symbolique de la filière canne-sucre et de la volonté de l’industrie sucrière de La Réunion de demeurer à la pointe de la technologie et de l’innovation mondiale.

«J’ai vu des choses passionnantes… a conclu Stéphane Travert.  …Il va falloir travailler à cette montée en gamme pour aller chercher des nouveaux débouchés commerciaux pour structurer la filière et la poser définitivement sur le territoire, l’ancrée sur le territoire, parce qu’avec 57 % de la surface agricole utile, cette filière canne structure l’économie du territoire. »